• Autre ennemies de BatmanVéritable identité: Arnold Wesker

    Le mystérieux gangster Scarface, pantin ayant pris vie dans l'esprit du ventriloque déséquilibré Arnold Wesker, fait les gros titres en menant une série de braquages parfaitement organisés. Batman remonte la piste de l'improbable duo mais sous-estimant l'intelligence diabolique de la marionnette, se retrouve capturé et ne doit son salut qu'en accusant le Ventriloque de jouer double-jeu, dressant les deux personnalités l'une contre l'autre. Scarface est détruit dans la bagarre mais le vieux marionnettiste, incarcéré à l'asile d'Arkham, a tôt fait d'en fabriquer un nouvel avatar. Le Ventriloque se voit confier la charge de bailli lors du procès contre Batman dressé par les patients d'Arkham mais l'autorité naturelle de Scarface a tôt fait de l'imposer comme le plus qualifié des deux. Pour son coup suivant, le caïd modèle réduit s'assure la complicité de Selina Kyle, qu'il persuade de voler une collection d'animaux empaillés, dans le but non avoué de s'en emparer pour son propre compte en faisant accuser la féline à sa place. Catwoman, ayant réchappé du piège qui lui a été tendu, traque le binôme jusqu'à son repaire où elle détruit Scarface en représailles, l'intervention de Batman l'empêchant de faire subir le même sort au Ventriloque. À Arkham, le tandem, ayant fait les frais de la cruauté du chef de la sécurité, Lyle Bolton, est entendu par le conseil d'administration de l'asile. Après des mois de thérapie, Arnold Wesker est finalement jugé apte à réintégrer la société et se voit offrir un emploi et un appartement par Bruce Wayne. Mais harcelé par des visions incessantes de Scarface du fait de ses anciens complices Rhino et Mugsy, le Ventriloque retourne à la vie criminelle. Furieux d'avoir été forcé à faire son come-back prématurément, le pantin se retourne contre ses hommes de main avant de se retrouver séparé de son ventriloque par Batman. Tout reposant à présent sur Wesker, ce dernier se décide à détruire Scarface, l'éliminant apparemment pour de bon. À présent délivré de sa diabolique seconde personnalité, Arnold n'est pas inquiété par la justice et peut enfin vivre sa vie.


    4 commentaires